Naître sous X

Olivier Rousteing figure montante de la mode a annoncé la nomination de son film WONDERBOY sur instagram pour les César 2020, dans quatre catégories : Meilleur film, Meilleur film documentaire, Meilleur scénario original et Meilleure musique originale. 

L’histoire d’Olivier Rousteing, né sous X peut parler à beaucoup d’enfants né dans les même conditions que lui, c’est d’ailleurs un sujet qu’il évoque dans le film documentaire WONDERBOY.

L’homme de 34 ans, comme beaucoup d’autres a grandi en ignorant tout de ses parents biologiques. Pour beaucoup d’entre eux grandir sans connaitre sa véritable identité peut-être un frein dans la construction. Ainsi, ils sont nombreux à se lancer dans une démarche de recherche de leur identité. Dès l’âge de 16 ans, Olivier Rousteing en quête de réponse contacte la DASS ancienne aide à l’enfance pour avoir accès à son dossier et obtenir les informations sur ses parents biologiques.

Selon l’article 341-1 du code civil, une femme qui accouche sous X peut demander que le secret de son identité soit préservé. Mais comme l’explique Olivier Rousteing et beaucoup d’autres enfants nés sous X se construire en ignorant tout de son « passé » peut-être très perturbant pour un enfant. Il évoque notamment cet élément dans son film et dans ses interviews.

Mais pour concilier les voeux de la mère et des intérêts de l’enfant, les pouvoirs publics ont fait adopter en 2002 un texte de loi. En effet, la mère biologique, à la suite de son accouchement peut laisser des éléments informatifs sur elle : son identité, sa santé, les circonstances de sa naissance.. Ces éléments, placé sous pli fermé sont conservé par le président des services du département.

Véronique Levrard, avocate de 49 ans à Angers évoque le sujet sur son blog, elle écrit notamment que « Nadine Morano s’est exprimée sur un projet de modifier la Législation pour permettre un droit de savoir pour l’enfant à ses 18 ans. On ne parlerait plus d’accouchement sous x, mais d’accouchement protégé dans la discrétion ». Une proposition faite en 2008 mais qui n’a pas été mise en action. Par cela, Nadine Morano souhaitais que les enfants nés sous X, une fois leur majorité arrivée puissent demander s’ils le souhaitent l’identité de leur mère biologique, ainsi cette dernière n’aurait pas le choix sur le secret de son identité. Une proposition qui n’a pas eu de suite.