Meetooinceste : What it reveals ?

For several hours, Internet users have been tweeting on the hashtag #meetooinceste. They denounce the abuses of which they have been victims.

Camille Kouchner’s book « La familia grande », published on 7 January, provoked a lot of emotion. She tells the story of the incest her twin brother suffered at the hands of their stepfather, Olivier Duhamel. Famous political scientist and professor at Science Po Paris, he has resigned from all his jobs.

This Saturday, January 16, hundreds of Internet users are speaking on social networks with the #MeTooIncest. Based on the model of the « Me Too » movement, born in 2017 following the revelations about the American producer Harvey Weinstein, where millions of women around the world told of the sexist and sexual violence of which they had been victims, these French Internet users tell of the abuse they suffered as children, in the family sphere.

« I was 6, 7, 8 and 9 years old. He was 12 years older than me. He was my cousin. Today he has 2 children. I tried to talk to him about it last year but it was impossible. The matter is still unresolved and still haunts me. I am 31 years old » testifies the pseudonym Oxymorelitote. « My father used to tell me that it was normal to know how his daughter’s body was evolving » adds Carine Petit. « He was my grandfather, I was 11, 12, 13 years old and had no idea of the value of the word ‘consent », one can still read on Twitter.

More than 15,000 tweets were recorded on Twitter in just a few hours. Many internet users underline the courage of these women and men to speak out on such a taboo subject. The collective « Nous toutes » takes this opportunity to remind us that a child never consents to a sexual act with an adult.

A « taboo » that would concern between 5 and 10% of the French. 165,000 children are raped every year in France, 3 children per class are said to be victims of incest. A reality that it is time to face up to. It is time to listen to the victims. Judicial institutions must stop protecting these men and women from shame.

The Michel Zecler case

On 21 November, a black music producer was violently assaulted during a police intervention. Let’s take a look back at this affair which has shaken up the political class.

On November 26th, Loopsider published on his Twitter account a video showing police officers beating up a music producer. On 21 November, the surveillance cameras in Michel Zecler’s studio filmed his very violent arrest. Three policemen were seen entering the studio before beating him several times. Other blows were then dealt to him in the middle of the street. They tried to make this aggression look like a rebellion, but their word is contradicted by the images. The video made by David Perrotin analyses a very violent sequence of about fifteen minutes with the help of the victim. Very quickly, the post will be massively shared on social networks. More than 120,000 people retweaked the post.

According to their report, which Franceinfo was able to consult, the police attempted to arrest Michel Zecler for failing to wear a mask. « As we tried to intercept him, he dragged us by force into the building, » they wrote. The police wrote several times that the man had beaten them. According to these same images, the man resisted by refusing to let himself be taken in, and then tried to protect his face and body. During this scene, he does not strike, he tries to protect himself. In his testimony to Loopsider, Michel Zecler also indicated that he had been subjected to racist insults from the police. « They said ‘dirty nigger’ several times and punched me ».

What legal proceedings ?

Following this arrest, Michel Zecler was placed in police custody in the context of an investigation opened by the Paris Public Prosecutor’s Office for « violence against a person holding public authority » and « rebellion ». But the Paris public prosecutor’s office closed this investigation and opened Tuesday a new procedure for « violence by persons holding public authority » and « forgery in public writing », entrusted to the IGPN.

This video led to a political crisis. Many people reacted on social networks such as the Prime Minister, Gerald Darmanin or the President of the Republic, Emmanuel Macron.

On Tuesday 22 December, judges ordered the release of two police officers detained since 30 November for beating up Michel Zecler, a black music producer in Paris. The two police officers in question were placed under judicial supervision, with a ban on contacting the victim and others under investigation, on appearing in the 17th arrondissement of Paris, on working as a police officer and on possessing a weapon. They will also have to pay a deposit of 5,000 euros.

This release has been very criticised. Michel Zecler said he was disappointed by the justice system. He will have physical and psychological after-effects for life. « His tendon » in his left biceps « was severed and had to be reattached with a titanium pin which he will keep for life », his lawyer pointed out in an interview.

This case comes during the controversy over the proposed « global security » law, which is intended to regulate the dissemination of images of law enforcement agencies in intervention. However, these images allowed the music producer to be cleared and to show this police violence.

Loi sécurité globale : quelle atteinte à nos libertés ?

La proposition de loi sécurité globale alarme les journalistes et les syndicats. Projet de loi très controversé, certains dénoncent une atteinte à la liberté de la presse.

Le 9 novembre, un manifeste intitulé “Cachez ces violences policières que je ne saurai voir” alerte sur les atteintes liberticides prévues par le projet de loi sécurité globale. Publié dans la presse par un collectif d’associations et de militants, il fait notamment référence à l’article 24 de cette proposition. Porté par les députés La République en marche, Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue, il prévoit «un an d’emprisonnement et une amende de 45 000 €» pour sanctionner la «diffusion du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de police dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique». Sur Twitter, plusieurs journalistes se sont exprimés à ce sujet en dénonçant “une tentative de musèlement ».

Or, la diffusion de ces images ont permis de mettre en lumière plusieurs cas de violences policières restées jusqu’alors invisibles. Elles montrent des réalités trop souvent cachées et participent pleinement à la construction du débat citoyen. De plus, ces séquences peuvent également constituer des éléments de preuves judiciaires dans la cadre d’un procès. Ce fut le cas de Cédric Chouviat. En janvier 2020, il fait un arrêt cardiaque à la suite d’un contrôle routier et décède sur le coup. L’avocat de la famille, Arié Alimi, lance un appel à témoignage sur les réseaux sociaux dans le but de récupérer des vidéos de ce contrôle. Les vidéos récupérées font état d’une tout autre version des faits que celle avancée par les forces de l’ordre. Le père de famille a subi un placage au sol, pratique largement décriée pour sa dangerosité. Malgré la manifestation de signes d’épuisement, les policiers maintiennent leur position. Il décède quelques minutes plus tard. Les résultats de l’autopsie réalisée quelques jours plus tard témoignent d’une «manifestation asphyxique avec une fracture du larynx».

Malgré le confinement, plusieurs manifestations ont eu lieu partout en France. A Paris, plus de 2000 personnes se sont rassemblées devant l’Assemblée nationale pour défendre les libertés publiques. “Police floutée, justice aveugle”, “Violences sous silence” sont le type de slogans qu’on pouvait lire dans les rues ce jour-là. Ces manifestations ont été fortement réprimées, les forces de police s’en prenant souvent aux journalistes.

Quels arguments pour la majorité ?

Pour Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, il s’agit à travers cette proposition de loi, de « protéger ceux qui nous protègent ». Il fait état de la diffusion massive de vidéos sur les réseaux sociaux portant atteinte à l’intégrité physique et morale des forces de l’ordre. Cette proposition de loi souhaite empêcher l’identification des policiers en fonction. Alice Thourot maintient que l’article 24 n’interdit en rien de filmer, ni de diffuser les visages des forces de l’ordre. C’est l’intention de nuire au policier qui est sanctionnée. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement maintient cette argument lors d’une interview sur Télé Matin.

Un projet de loi très controversé qui questionne sur la place de la police dans notre société.

La jeunesse Nigériane proteste contre les violences policières

Les nigérians sont descendus dans la rue pour demander une réforme profonde du système policier. La répression s’est faite sans attendre, plusieurs manifestants sont décédés.

Des milliers de jeunes nigérians ont battu le pavé pour protester contre les violences policières systématiques dans leur pays. D’après Amnesty International, au moins 12 personnes sont décédées lors de ses manifestations. La colère ne faiblit pas et certains vont même jusqu’à demander la démission du président fédéral actuel, Muhammadu Buhari.

Début octobre, la diffusion d’une vidéo montrant un homme se faire violemment tuer par plusieurs policiers de la Special Anti-Robbery Squad a suscité la colère et l’indignation de la population nigériane. Le #EndSARS est né sur les réseaux sociaux demandant la dissolution de cette brigade. Créée à la fin de l’année 1992 pour traiter des crimes associés au vol, elle est accusée de corruption, de viols, de tortures, d’exécutions extrajudiciaires, d’arrestations illégales et d’enlèvements. Après plus de 6 jours de manifestations, le président s’est exprimé sur Twitter, lundi 12 octobre, pour trouver une issue à la crise. Il annonce la suppression de cette unité de police très controversée.

Cette réforme ne suffit pas à calmer la colère du peuple. Lassé des promesses politiques sans lendemain, la jeunesse continue à se mobiliser aussi bien sur les réseaux que dans la rue. Sur Twitter, des centaines de Nigérians témoignent des violences policières subies. La ville de Lagos, centre économique du pays, s’embrase. Des milliers de manifestants bloquent les grands axes routiers de la ville dans un climat de plus en plus tendu. Un couvre feu de 24 heures a été ordonné pour disperser les affrontements. En avril, la commission nationale de surveillance des droits de l’homme fait état de plus de 18 décès perpétrés par les forces de police pour non-respect du confinement. Loin d’être des cas isolés, ces violences sont ancrées dans un système où se confondent politique et justice. 

La jeunesse réclame alors une réforme structurelle de la police. Ils élargissent leurs revendications en demandant davantage de réformes sociales dans ce pays où la pauvreté est quotidienne