Skip to content

Interview. À Brest, le sport est-il accessible aux personnes en situation de handicap ?

En apparence inadaptée, la ville de Brest est-elle vraiment le cauchemar des amateurs de sport handicapés ? Nous avons posé la question à Colin Prigent, l'expert breton de la pratique sportive en situation de handicap.

Du haut de ces dizaines d'années d'expérience dans le handisport, Colin Prigent a vu évolué la pratique. L'accessibilité des infrastructures, la motivation des jeunes ou encore le regard sur l'activité sont autant d'aspects qu'il tente d'améliorer au quotidien. Actuel président de la région Bretagne handisport, trésorier du comité départemental handisport et vice-président du comité Olympique et sportif, le vieux monsieur collectionne les statuts. Mais il y en a un qui lui colle à la peau depuis maintenant 20 ans. Vingt longes saisons à la tête du Handisport Brest (ou HandiBrest). Une période qui pourrait encore être prolongée prochainement.

Qu'est-ce que le Handisport Brest ?

Le club qu'il préside est tout simplement le plus important de Brest en termes d'handisport. D'une part du fait de son rayonnement sur l'ensemble de la communauté d'agglomération brestoise. Et d'autre part, du fait de son nombre d'adhérents qui avoisine les 150 membres annuels. HandiBrest propose une quinzaine d'activités sportives en loisir ou en compétition. Parmi les pratiquants, 60% disposent de ce que l'on appelle une licence cadre.

 

Chose plutôt rare, à Brest les jeunes ont investi le handisport. Au HandiBrest, ils représentent I/3 des membres. Une proportion importante donc, en partie dû au large panel d'activités proposées. En effet, les jeunes sportifs handicapés sont eux aussi sont sujets à un "nomadisme" que l'on retrouve dans le sport traditionnel dans ces tranches d'âge.

Pour les brestois handicapés qui souhaitent faire du sport, la question du matériel n'est plus une excuse. HandiBrest bénéficie d'un grand parc de matériel mutualisé avec tout le département, de manière à proposer le plus de sports possible. Pour une cinquantaine d'euros (prix de la licence), un adhérent peut ainsi y accéder sans avoir à débourser des sommes extraordinaires.

 

"Les infrastructures sportives ne sont pas un problème à Brest"

Pour ce qui est des infrastructures, le club bénéficie de nombreux créneaux dans des salles, gymnases et piscines en fonction de la demande des adhérents. Construit il y a une dizaine d'années, le gymnase de Penn Ar Streat est le plus utilisé du fait de son adaptabilité la plus totale. Pour la natation, des sessions sont prévues à la piscine de Kerallet ainsi qu'au Spadium Parc du Relecq-Kerhuon. Au cours de l'année, le club organise des évènements et des compétitions. Pour se faire, HandiBrest utilise d'autres infrastructures que la municipalité prête ponctuellement. D'après Colin Prigent, le tout est de faire une demande claire et de s'y prendre en avance. Lorsqu'il y a de la disponibilité, la mairie semble coopérer dans la majorité des cas.

 

Sport très prisé par les personnes en situation de handicap, la natation est l'activité qui regroupe le plus de membres parmi les licenciés du Handisport Brest. Outre les sessions et l'accompagnement proposé par le club, les nageurs handicapés ont accès à 4 piscines à Brest. En plus d'un accès adapté, elle sont toutes équipées d'un système de mise à l'eau pour les personnes en fauteuil roulant, par exemple.

 

Contrairement à ce que les données sur l'accessibilité des tribunes d'infrastructures pouvaient laisser à penser, Colin Prigent estime que les amateurs de sport handicapés ont largement la possibilité de regarder du sport à Brest. Premièrement, les compétitions les plus importantes ont majoritairement lieu dans des structures récentes et/ou adaptées au grand public. À l'image de la Brest Arena ou du stade Francis Le Blé, où les places et les accès ne manquent pas. Au-delà du sport professionnel, selon lui, un suivi du sport amateur est très souvent possible, même dans des établissements qui ne sont pas considérés comme étant "adaptés".

 

L'Handisport Brest noue par ailleurs de nombreux partenariats avec des clubs valides pour permettre d'ouvrir de nouvelles activités. Là encore, l'idée est de permettre à toutes et tous de faire le sport de son choix, peu importe son handicap. Enfin, à Brest et ses environs, il existe une multitudes d'autres structures spécialisées ou non dans le handisport. Ces dernières accueillent des personnes en situation de handicap dans leur groupe et font le nécessaire pour adapter la pratique au handicap de chacun.es. Alors amis Brestois plus d'excuses, à la sortie du confinement c'est sport pour tout le monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *